Catégorie ⇣

dimanche 5 février 2017

Mon avis : "Seras-Tu Là?"




Auteur : Guillaume Musso

Edition : Pocket

Date de parution : 2006

Prix : 7.90€

Nombre de pages : 336

Lu en : 3 jours



Résumé : 
Elliott, médecin réputé, père comblé, ne s'est jamais consolé de la disparition d'Ilena, la femme qu'il aimait, morte il y a trente ans. Un jour, par une circonstance extraordinaire, il est ramené dans le passé et rencontre le jeune qu'il était alors.
Les années 1970 battent leur plein à San Francisco, Elliott est un jeune médecin passionné et plein d'ambition. Fera-t-il cette fois le geste décisif qui pourrait sauver Ilena?
Saura-t-il modifier son implacable destin?   

Mon avis : 

Ce roman m'a beaucoup fait pensé au manga "Orange" ( ma chronique disponible sur le blog) , sur le faite des regrets du passé.

J'ai beaucoup aimé ce roman, du Guillaume Musso ( aka mon auteur préféré) comme j'aime.
Il y a une seul chose qui m'a déçus :

- on rentre tout de suite dans l'histoire ce qui peut plaire a certaine personne , mais moi j'aime bien quand on met du temps a rentrer dans une histoire (oui , je suis bizarre).

Après ce seul point négatif passons au point positif :

-Il n'y a pas beaucoup de personnage ce qui est bien car j'ai tendance à me perdre avec beaucoup de personnage.

-Des chapitres long et court ce qui est plutôt pas mal.

-J'ai aussi énormément apprécié les échanges entre Elliott de 30 ans et de 60 ans.

-Dernier point les références : 
Je n'ai jamais vue autant de référence de films, chanteurs, auteurs, dans un livre et ça m'a beaucoup plu , voici ma petite sélection :

-Stephen King (p 153).
-Agatha Christie (p 153).
-The Rolling Stones (p 167).
-Wonder Woman (p 130).

il y en a encore plein...


Je conseille vraiment ce livre qui m'a beaucoup touché (petite larme à l’œil),  comme "Orange" il n'y a pas d'age pour le lire, il nous envoi un très beau message qui n'est pas difficile à recevoir.

Passage coup de ♥ : 

Dans les périodes d'apaisement, on croit toujours les avoir vaincus.
On s'imagine qu'à la longue , on a fini par leur faire la peau.
Qu'on les a éloignés pour de bon.
A jamais et pour toujours.
Mais c'est rarement le cas.
Le plus souvent, nos Démons sont toujours là, tapis quelque part dans l'ombre.
Guettant inlassablement le moment où l'on baissera la garde.
Et quand l'amour s'en va...
(p 122).


Ma note : 



2 commentaires:

  1. Ouuch le genre de romans qui me ferait un peu de mal je crois que je suis trop portée moi même sur la nostalgie ^^

    RépondreSupprimer